4 questions au sujet de environneMentalblog

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un petit bilan en cette période de trêve estivale après 1an et demi d’ »activité « de ce blog qui a démarré à Agadir, prend ses vacances à Genève et s’adresse à tout le monde. Malgré quelques frayeurs comme perte de photos et présentation inattendue, ce blog  m’apporte ce dont j’ai besoin : discipline, positivisme, rigueur, et surtout contacts enrichissants.

Tout en étant très flexible et autonome j’apprécie de fouiller dans ce domaine qui m’intéresse et me concerne tant.

Mais certaines questions me turlupinent –()

?Quelle visibilité quel référencement pour ce blog, on dit que c’est capital pour la stimulation réciproque rédacteur-lecteur…Mots clés, référencement google, facebook, linkedin, twitter..

Les statistiques du back office wordpress me permettent de suivre où, quand et comment les lecteurs se connectent, et il est très excitant et surprenant de le découvrir et de le suivre.

?Ne va-t-il pas falloir que je le traduise, déjà en anglais du moins pour certains articles

Une autre question domine toutes les autres :

?Pourquoi la majorité des visiteurs s’intéresse à une poignée d’articles, toujours les mêmes, que du coup je tiens plus à jour, mais quand même… quand on s’intéresse ou qu’on est préoccupé par un sujet surtout dans le domaine environnemental chacun sait qu’il est question d’un circuit fermé et que tout compte !! C’est d’ailleurs pour cela que les articles qui se trouvent dans des rubriques en bas se présentent d’abord les uns à la suite des autres.

?Enfin pourquoi des lecteurs qui m’ont dit être assidus (je n’en demande pas tant.. mais au fait, pourquoi pas ? –)) me questionnent sur des sujets traités dans le blog—((

A ce propos ayant souhaité au départ que ce blog soit participatif : mises en contact, suggestions, commentaires, rédaction ou transmission d’articles de la part de tous, (il est vrai que je reçois beaucoup de vive voix ou par mail séparé)

pourquoi ne pas deviner quels sont les articles les plus lus ?

Alors dans ou hors des sentiers battus ?

Publicités

Expérience autour de la syrphe..

..menée depuis avril sur 12 sites  avec 36 tentes dans la campagne genevoise.

Ici nous sommes sur le site de Meinier.

C’est une mouche, car diptère, 2 ailes, qui a pris l’apparence d’abeille, guêpe, bourdon probablement pour se protéger.

C’est un parfait bio indicateur de santé de l’environnement car il réagit aux pesticides.

Le but est, en tirant partie des bandes non cultivées entourant les champs, véritables réservoirs à  biodiversité, de la préserver et de lui permettre de se développer. Mais sa sauvegarde n’est pas évidente à gérer et il s’avèrerait que le voisinage de certains cultures avec des traitements doux mais continus seraient défavorables.. d’un autre côté on trouve nombre d’acariens morts à cause des traitements pesticides plus forts mais plus espacés dans le temps.

Les tentes fermées recueillent les larves au sol, les tentes ouvertes retiennent les insectes volants, ceux-ci sont triés, on gardera précieusement les syrphes

Le 6 août aura lieu la collecte et l’enlèvement des tentes, cette étude fera l’objet d’un Master en octobre.. et la perspective de réduire les intrants chimiques en viticulture .-))

Speculoos sans huile de palme

Le speculoos, ce délicieux biscuit à la cannelle… le nom viendrait du latin species: épices. Je ne peux toujours pas résister à en scruter la composition avant de le remettre en rayon -(  mais cette fois-ci inutile, c’est écrit en GROS (comme souvent la liste des ingrédients non contenus est bientôt plus longue que ce qui s’y trouve). Et là, face au produit inespéré, j’exulte de joie:

Allô la terre, Speculoos sans huile de palme désormais en vue, bientôt en vente libre malgré le parcours semé d’embuches il a réussi à atteindre notre planète, attention à ce qu’il ne s’envole pas, c’est peut-être une erreur.. Et une pensée émue pour le Fonds Bruno Manser qui œuvre contre les ravages de la surexploitation forestière.

Mais pourquoi maintenant ? bon, ne nous posons pas trop de questions soyons libres pour lui réserver l’accueil qu’il mérite, car pour nous aussi ça a été long.

Cerise sur le gâteau, on nous a fait grâce d’un nouvel intrus qui ne colonisait sauvagement que le chocolat : la lécithine de soja ou de tournesol. WaouW .

Merci Monoprix.

En attendant qu’il soit trouvable au Maroc on peut encore mieux en profiter avec les ingrédients maison :

-Farine 300g

-Sucre roux 200g à délayer dans quelques cuillères à soupe d’eau

-Beurre/huile de colza 100gr

-4 cuillères à café d’épices cannelle, girofle, muscade anis

-Bicarbonate ½ cuillère à café

E