Expérience autour de la syrphe..

..menée depuis avril sur 12 sites  avec 36 tentes dans la campagne genevoise.

Ici nous sommes sur le site de Meinier.

C’est une mouche, car diptère, 2 ailes, qui a pris l’apparence d’abeille, guêpe, bourdon probablement pour se protéger.

C’est un parfait bio indicateur de santé de l’environnement car il réagit aux pesticides.

Le but est, en tirant partie des bandes non cultivées entourant les champs, véritables réservoirs à  biodiversité, de la préserver et de lui permettre de se développer. Mais sa sauvegarde n’est pas évidente à gérer et il s’avèrerait que le voisinage de certains cultures avec des traitements doux mais continus seraient défavorables.. d’un autre côté on trouve nombre d’acariens morts à cause des traitements pesticides plus forts mais plus espacés dans le temps.

Les tentes fermées recueillent les larves au sol, les tentes ouvertes retiennent les insectes volants, ceux-ci sont triés, on gardera précieusement les syrphes

Le 6 août aura lieu la collecte et l’enlèvement des tentes, cette étude fera l’objet d’un Master en octobre.. et la perspective de réduire les intrants chimiques en viticulture .-))

POLLUTION atmosphérique. « Mais qu’est-ce qu’on peut faire !? »

Le Mental au service de l’environnement ou le cerveau au secours des poumons et du système cardiovasculaire.

Les dernières nouvelles nous rabâchent un problème malheureusement récurrent toujours pas résolu, déjà grave couronné par des périodes de « pics » et pendant ce temps on s’asphyxie, on s’étouffe, on meurt souvent dans d’atroces souffrances. Incriminés plus particulièrement ici, les transports urbains. Les derniers débats politiques en France ont complètement occulté la situation et les mesures à prendre, avec la bénédiction de tous, avides de romans-photos politiques plutôt que de mesures concrètes.

Et pour couronner le tout après avoir vanté la mondialisation à outrance, pour tester un semblant de protectionnisme honteux on va parler consommer local, mais comme consommer local ça fait écolo, on met en avant les produits régionaux, ça sonne mieux à l’oreille, on ne dit surtout pas que ça épargne des déplacements inutiles générateurs de nuisances.

On a laissé la situation empirer avec  « des pics jamais atteints » mais avant la météo qu’on attend pour nous tirer de ce mauvais pas, on nous présente un croquis d’on ne sait qui, d’on ne sait où, youpi, qui montre la baisse de polluants, clap de fin du journal. Hallucinantes aussi les consignes de dernière minute :

-Ne pas sortir ! pas faire de sport !

-Porter un masque ! ..Pourquoi pas des cours d’apnée ? je suis experte par nécessité

– En Chine c’est pire ! reyoupi !

Je me souviens d’une traversée de route à St Malo pour aller à la plage, il y a avait peu de circulation, mais suffisamment pour être asphyxiée. Sidérant le bord de mer !

Les valeurs limites d’asphyxie aux avantages du pot d’échappement, les falsifications d’un des premiers constructeurs mondiaux dont on attend le verdict.

L’association Respire propose une aide aux personnes touchées par la maladie contre les responsables mais la loi Hamon empêche toute action de groupe contre des causes environnementales.

Bon, je crois qu’on va arrêter là le journal télévisé car on a déjà atteint des sommets de passivité stérile.

Comment on a pu en arriver là ? la combustion du bois était vue comme écologique… !!! Et c’est que maintenant qu’on ose dire la vérité à cause des particules fines.

Maintenant on espère le vent, la pluie que sais-je. C’est ça l’intégration de critères environnementaux dans la gestion du quotidien ? alors qu’ailleurs nombre de villes de tous horizons ont déjà pris les devants.

En Allemagne, par exemple on a instauré une vignette éco avec en fonction du carbone pour circuler dans certaines des villes principales..

..que la France va essayer de copier..

Car les « mesurettes » ponctuelles adoptées en catastrophe jusqu’à maintenant n’ont malheureusement et évidemment pas apporté de résultat flagrant.

En plus de nos comportements à adopter dans notre vie de tous les jours :

Pourquoi pas des mesures d’encouragement pratiques et financières comme:

+ travail à distance + conférences téléphoniques ou visioconférences + logement à proximité du travail + zones de bureaux mixtes habitats-gares + ferroutage pour réduire les nuisances des longs transports camions + pourquoi la mode « durable »* du 4X4 en ville, le malheureux ,il ne verra jamais un grain de sable..

*voir prochain article celle du pantalon taille basse